Depuis la fin de la semaine dernière et le pesage Place de la République au Mans, tout le gratin de l’endurance mondiale est réuni dans la Sarthe pour la plus grande épreuve de la saison : les 24 Heures du Mans. Lors des essais libres, les temps auguraient déjà d’une bonne empoignade lors des trois séances qualificatives. Cela a été le cas, mais seulement le mercredi entre 22h et 22h15. 

Des 6 heures destinées à décerner la pole, seul le quart d’une horloge a été nécessaire. En effet, le mercredi – pour la première séance qualificative – les conditions étaient idéales pour réaliser de bonnes, voir de très bonnes performances alors que pour les 4 heures de séance du lendemain, la météo ne donnait pas de bonnes garanties. Dès son second tour, le Suisse Neel Jani engagé dans la Porsche Hybrid 919 #18 a réalisé le chrono canon de 3’16″887 soit le meilleur tour chronométré absolu de l’histoire du tracé actuel du circuit des 24 Heures (13.629 km). Un tour parfait qui déloge Stéphane Sarrazin qui détenait le record depuis 2008 et ses 3’18″513 au volant de la Peugeot 908 HDI-FAP.

Une hiérarchie bien établie sur tour lancé en LMP1

Derrière la #18 de Jani, Dumas et Lieb nous retrouvons les deux autres prototypes Porsche : la #17 de Bernhard, Webber et Hartley à 0″880 (3’17″676) et la #19 de Hülkenberg, Bamber et Tandy à 2″410 (3’19″297). Le triptyque de tête est suivi par un autre trio allemand avec les Audi R18 e-tron quattro : la #8 de di Grassi, Duval et Jarvis, la #7 de Fässler, Lotterer et Tréluyer puis la #9 d’Albuquerque, Banonomi et Rast. Les deux Toyota, la #2 puis la #1, complètent la grille des LMP1 hybrid compétitives. Compétitives car les Nissan GT-R LM Nismo, nouvelles venues dans le plateau des proto hybrid, n’ont pas été à la hauteur de l’événement en ne rentrant même pas dans les 110% du meilleur temps de la catégorie – donc le temps de la pole de Jani – malgré une communication agressive depuis le dévoilement des voitures lors du dernier Superbowl. Cependant, l’ACO, organisateur de l’événement, a repêché les Nissan qui ont été sanctionnées d’une quinzaine de places sur la grille : la #22 partira 30eme, la #23 31eme et la #21 32eme, soit derrière une très grande partie des LMP2.

© John Rourke - AdrenalMedia.com

© John Rourke – AdrenalMedia.com // Les polemans.

Le point sur les autres catégories

En LMP2, c’est l’Oreca 05 – Nissan #47 du team KCMG de Lapierre, Howson et Bradley qui ont signé le meilleur chrono en 3’38″032. La Ligier JS P2 – Nissan #26 de G-Drive Racing ainsi que la Gibson 015S – Nissan #41 de Greaves Motorsport suivent sur le podium des LMP2. Du côté des LMGTE Pro, c’est Richie Stanaway qui a réussi le meilleur chrono en 3’54″928 au volant de l’Aston Martin Vantage V8 #99 d’Aston Martin Racing V8. La Ferrari 458 Italia #51 du team AF Corse suit de près. A noter que cette catégorie est très disputée et que la course sera très intéressante. Très intéressante comme en LMGTE Am où c’est l’Aston Martin Vantage V8 #98 d’Aston Martin Racing V8 de Dalla Lana, Lamy et Lauda qui a réalisé le meilleur temps en 3’55″102. Dans cette catégorie c’est beaucoup moins serré car la Ferrari 458 Italia #83 d’AF Corse pointe à plus d’une seconde et demie.


Le départ de la 83eme édition des 24 Heures du Mans sera donné à 15h ce samedi 13 juin. Ce sera le départ d’une course de folie aux multiples rebondissements. La plus grande course automobile au monde. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.