Polémique après polémique, le chroniqueur, bel orateur et provocateur, Éric Zemmour ne cesse de faire parler de lui. Prétendant rejeter la doxa commune, le journaliste et écrivain, prône des théories qui suscitent maintes controverses et débats. Son livre récemment publié, Le Suicide français, ravive de nombreuses querelles au sein de la société française. Dans cet ouvrage publié aux éditions Albin Michel, Zemmour sous-titre « Les 40 années qui ont défait la France ». Ainsi, il nous y explique que depuis le décès du général Charles de Gaulle, la France dénoue avec ses valeurs, sa culture propre, son Histoire.

 

Vers une « zemmourisation » de la société ?

 

« Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, […] ont désintégré le peuple en le privant de sa mémoire nationale par la déculturation, tout en brisant son unité par l’immigration. »

– Le Suicide français, Éric Zemmour

 

Des paroles qui possèdent tout de même une sonorité d’extrême droite par son dénigrement de l’immigration et l’affirmation d’une culture française absolue. A travers son propos, Zemmour soutient déclarer tout haut ce qu’une grande partie de la population pense tout bas. Il est vrai et incontestable que, depuis peu, la France se radicalise tandis que le Front National s’installe parmi les partis politiques majoritaires. En effet, après les élections européennes où le parti de Marine Le Pen avait brillé, c’est au tour du Sénat d’accueillir deux élus du Front National. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s’est exprimé sur la question et se dit inquiété d’une « zemmourisation de la société », en déplorant que les thèses développées par le polémiste soient actuellement « majoritaires dans notre société ». L’immense succès du livre de Zemmour s’explique donc en partie par cet élan nationaliste généralisé mais pas seulement.

Les propos de Zemmour dans « On n’est pas couché » choque l’audience

Suite à la publication de son ouvrage Le Suicide français, Zemmour est invité par Laurent Ruquier sur le plateau de son émission « On n’est pas couché », le 4 octobre. Émission dans laquelle il fut, par ailleurs, chroniqueur de 2006 à 2011. Afin de promouvoir son écrit il endosse son rôle de trublion, insolent et indécent, et contente le spectateur avare d’altercations. Une stratégie qui semble fonctionner puisque l’audience était au rendez-vous pour l’émission qui totalise 1,6 million de téléspectateurs, soit 28,5% de l’ensemble du public. Prouesse en partie due à la virulente dispute entre Éric Zemmour et la chroniqueuse Léa Salamé, qui lui reproche de faire dans un des chapitres de son livre une « réévaluation voire une réhabilitation du régime de Vichy ». En effet, il y critique le célèbre livre de l’historien américain, Robert Paxton, La France de Vichy, qui condamne le régime du maréchal Pétain. Selon Zemmour, Pétain aurait sauvé les Juifs français en appliquant la préférence nationale, et, toujours selon le polémiste, il mérite autant de respect et d’hommages que les résistants. Il n’est pas étonnant que ces propos aient choqué Léa Salamé et les téléspectateurs, puisque Pétain était profondément raciste, antisémite et machiste. Le travail de mémoire fut tellement long pour admettre la collaboration de la France dans la Seconde Guerre Mondiale, sa culpabilité fondée, qu’il paraît intolérable de les remettre en cause.

Le phénomène sociétal engendré par la publication du livre d’Éric Zemmour nous en dit long sur la France d’aujourd’hui, un pays tiraillé dans ses valeurs et ébranlé dans ses certitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.