Du 6 au 14 mai derniers, se tenait à Berlin le J7 Summit, un sommet mondial réunissant 52 jeunes des pays du G7 (France, États-Unis, Canada, Allemagne, Japon, Italie et Royaume-Uni), de l’Union Européenne et de quelques pays d’Afrique. Le but était de débattre autour de grandes problématiques mondiales. Joseph Gotte Avdjian, 17 ans, a fait partie du voyage. Il nous raconte son expérience.

Comment as-tu réussi à participer au J7 summit ?

Il y avait une annonce sur Facebook, et comme je suis beaucoup d’ONG et d’associations, je l’ai vue. Ça correspondait tout à fait à mon profil, je me suis dit « c’est pour moi ». J’ai donc envoyé ma candidature et j’ai été sélectionné.

Comment s’est déroulé le séjour sur place ?

On a déjà appris à se connaître les deux premiers jours. On logeait dans un hôtel à la périphérie de Berlin, où on a passé la moitié du séjour. Sinon, on est allé au Ministère des Jeunes, des Affaires Familiales et des Femmes.

On a fait une simulation du G7 : chacun a pioché un pays autre que le sien, et il fallait se mettre dans la peau de ce pays pour défendre ses intérêts. On avait un budget à utiliser pour trouver une solution à un problème donné. On a travaillé sur cinq sujets : la protection de l’environnement marin et les énergies, la santé (autour des antibiotiques et des pandémies), la pauvreté, la responsabilisation des filles et l’économie équitable. Ce sont les mêmes thèmes que ceux abordés au G7. Et on a aussi réfléchi spécifiquement sur l’implication des jeunes, notamment en politique. On travaillait par petit groupe, on essayait de trouver des solutions à chaque problème. On a écrit nos positions et le contenu de nos recherches sur un papier qui était remis à Angela Merkel et à d’autres ministres.

Tu as donc rencontré Angela Merkel ?

Oui, nous sommes allés à la Chancellerie pour exposer nos travaux à Angela Merkel et en discuter. On était installé à la Table Ronde où, habituellement, il y a les chefs d’États. Après, il y a eu la photo officielle et une sorte de concours de selfies. 

Qu’est-ce que cela fait de rencontrer Anglela Merkel en chair et en os ?

C’est assez impressionnant. Tu vois l’étiquette avec son nom juste en face de toi, ça crée une sorte d’euphorie. Mais en fait, on se rend compte que c’est juste une humaine comme nous.

11140238_993416717337794_8763602968399060044_n

Que t’a apporté ce séjour à Berlin sur le plan personnel ?

C’était vraiment cool, je me suis fait des amis partout sur la terre avec qui je partage le même délire, le tout dans une bonne ambiance. Après, ça m’a permis de rencontrer non seulement Angela Merkel mais aussi des ministres, des ambassadeurs, et de débattre avec eux. Comme on était obligé d’utiliser l’anglais, j’ai aussi pu pratiquer cette langue. 

As-tu d’autres projets avec ce groupe de jeunes ambassadeurs ?

A Berlin, je faisais partie du groupe qui travaillait sur la thématique de l’implication des jeunes. On a créé un groupe sur Facebook, « Act now » et on va essayer de mettre en place des choses, comme des campagnes de sensibilisation et de communication. On travaille déjà sur le logo. 

Qu’envisages-tu pour l’avenir sur le plan professionnel ?

Pour l’instant je suis en Terminale, je prépare un BAC Pro en Communication visuelle et graphisme. L’année prochaine, je vais en DUT publicité à Bordeaux, avec des cours de marketing, de stratégie de communication et de sociologie, entre autres. Pourquoi pas tenter après une école de commerce, ou alors quelque chose dans la politique car ça m’intéresse. Tout ce qui est de l’univers créatif et commercial m’intéresse.

Pour plus d’informations sur le J7 et ses actions : https://www.j7summit.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.