L’Édito du jour signé Grégoire Quelain (@GregQuelain).

Attaque terroriste à Charlie Hebdo et plus récemment dans le Thalys, meurtres dans la Somme ou encore assassinats en direct en Virginie… le constat est effarant, la violence grâce aux armes augmente dangereusement.

Une arme à feu est devenue, dans la société actuelle, facile à se procurer et son usage à l’encontre d’autrui ne fait désormais plus peur. Un constat qui inquiète forcément la population française – et même mondiale – et qui appelle à la réflexion notamment sur les lois en vigueur.

Banalisation. Chaque matin en découvrant les pages de la presse quotidienne nationale – ou régionale – on retrouve une rubrique « Fait divers » chargée et bien que cette situation soit préoccupante, cela ne reste qu’un constat. La violence s’accentue au fil des années, des mois, jusqu’à se demander ses limites. Ces agressions font presque partie de la « vie quotidienne » mais la banalisation de ces crimes abjects est un facteur possible de cette accentuation. Où le civisme est-il passé ? Que faire des valeurs citoyennes ?

« Quand les armes parlent, les lois se taisent » ~ Cicéron

La déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui a fêté hier ses 226 ans semble avoir disparu de l’esprit de certains d’entre nous. Les Hommes n’ont plus aucun scrupule à faire l’usage d’une arme dont les proportions peuvent être bien plus importantes que pensé. Car c’est justement cette pensée que je mets ici en cause. De par la banalisation de l’utilisation d’armes blanches pour blesser – voire tuer – un ou plusieurs concitoyens, certains Hommes ne parviennent plus à distinguer le bien du mal, à avoir une pensée destinée au bien commun.

Le non-respect des forces de l’ordre augmente de jour en jour et de fait les Hommes ne veillent plus à respecter les lois qui leur sont destinées mais au contraire retrouvent un instinct sauvage, pensant non pas à l’égalité et à l’idéal de justice mais à contrario à faire régner leurs propres lois et à rendre justice eux-mêmes. Or aussi bien l’instinct sauvage que l’irrespect des lois en vigueur – qui peut faire penser au XVIème siècle décrit par Montaigne dans son essai Des Cannibales – empêche le progrès en France et la vie en société, nécessaire à l’humanité.

La peur envahit peu à peu les citoyens français. La question de la protection est aujourd’hui au cœur des discussions. Les journalistes sont pris pour cibles pour leurs propos mais aussi et surtout pour ce qu’ils représentent, la liberté de la presse et d’expression. Les rassemblements de citoyens pour défendre ces valeurs fondamentales sont une preuve que la solidarité peut permettre de faire bouger les choses, de rétablir l’ordre et le respect envers les lois, envers la Constitution de la République.

« La meilleure des armes, c’est s’asseoir et parler » ~ Nelson Mandela

La devise française « liberté, égalité, fraternité » est plus que jamais menacée. L’individualisme fait perdre conscience aux Hommes la nécessité de vivre au sein d’une communauté régie par des lois. Un État défini permettant le respect et la protection d’autrui offre plus de libertés que celles qui seraient détenues dans un cadre de nature, où le puissant dicterait ses propres lois et où la justice et l’égalité seraient des principes et des valeurs non plus fondamentales mais au contraire dépourvues de sens voire inexistantes.

Si l’on observe ces faits en France, cela se passe également à l’étranger notamment aux Etats-Unis où l’autorisation du port d’arme est remise en cause notamment suite à l’assassinat en direct de deux journalistes en Virginie. Une situation qui s’avère donc préoccupante pour la population mondiale.

Et vous, cher lecteur, chère lectrice que pensez-vous du climat actuel ?  

Vous aimez cette nouvelle chronique ? Faites-le nous savoir dans les commentaires et sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.