La quinzaine parisienne s’est conclue en beauté, ce dimanche 7 juin, par un énième revers long de ligne du Suisse Stanislas Wawrinka. Et oui, exit Rafael Nadal, Andy Murray, Roger Federer ou Novak Djokovic. C’est bien le Vaudois de 30 ans, déjà vainqueur il y a un an et demi de l’Open d’Australie, qui a soulevé la Coupe des Mousquetaires après un tournoi et, surtout, une finale où il a marché sur l’eau, et le n°1 mondial toujours sans trophée Porte d’Auteuil. Le Plus.tv vous propose de revenir sur ce second tournoi du Grand Chelem.

Deux semaines de folie tennistique. Comme tous les ans, les meilleurs joueurs de tennis de la planète s’étaient donnés rendez-vous sur les courts de Roland-Garros à la fin mai. C’est toujours avec un pincement au cœur que quelques observateurs font le bilan de ce tournoi avant de se pencher sur la saison sur gazon (pour la première fois cette année il y aura trois semaines de préparation, de réglages sur herbe avant Wimbledon). C’est la même chose au Plus.

L’Ouragan Stanislas Wawrinka

Marsel Ilhan, Dusan Lajovic, Steve Johnson, Gilles Simon, Roger Federer, Jo-Wilfried Tsonga, Novak Djokovic. Tous ces tennismen ont un point commun. En effet ils ont tous croiser le chemin de Stanislas Wawrinka et de son short durant la ruée vers l’or de l’Helvète. Ils ont tous été rués de coups par Stan the Man. Ils ont tous été saoulés de revers à une main, magiques, longs de lignes ou croisés. Le nouveau n°4 mondial était en feu à Paris. Plus il avançait dans le tournoi et plus il s’enflammait, jusqu’aux enflammades finales face à Novak Djokovic. Une finale magnifique, sûrement la plus belle depuis 2004 et l’affrontement 100% argentine en cinq actes entre Gaudio, vainqueur, et Coria précédant l’avènement du roi de la terre battue, Rafael Nadal (sorti en quart cette année par un impeccable Djokovic). Wawrinka a tout fait face à Nole, pourtant parfait depuis le début de la saison et du tournoi avec des démonstrations face à Gasquet, Nadal et un succès à la manche décisive sur Andy Murray, pourtant invincible sur terre battue cette année. Stanislas Wawrinka était tête de série n°8, comme en Australie au début de l’année 2014. Stanislas Wawrinka a remporté Roland-Garros un 7 juin, comme Roger Federer. Des signes qui ne trompent pas tant on sait la superstition qui accompagne le circuit mondial. Pour finir, Wawrinka devient le 6eme joueur de l’ère Open a remporter deux tournois du Grand Chelem.

© FFT

© FFT

Tsonga en demie, deux ans après

Du côté des Français, au début de la quinzaine, tout le monde attendait l’extraterrestre Gaël Monfils – capable du meilleur comme du pire – Richard Gasquet ou encore Gilles Simon. A côté de cela, il y avait Jo-Wilfried Tsonga qui, un peu comme Wawrinka, arrivait à Roland-Garros sans grandes certitudes sur terre battue (seizièmes à Barcelone et Rome, huitièmes à Monte Carlo et Madrid). Pour arriver en deuxième semaine, le Manceau a réalisé trois matches parfaits face au Suédois Lindell, à l’Israélien Sela et à l’Espagnol Andujar – finaliste à Barcelone. Comme en 2013, Tsonga arrive en huitièmes sans avoir pris un seul set. Au 4eme tour se présentait le n°4 mondial tchèque Tomas Berdych, de plus en plus solide au fil des années qui passent. Tsonga réalise un gros match et passe en quatre manches 6/3 6/2 6/7 6/3. En quarts de finale c’est le Japonais Kei Nishikori, tête de série n°5, gros outsider pour la victoire finale, qui est opposé au dernier Français en lice. Encore une fois Jo se montre ultra-solide dans son jeu et surtout dans sa tête lorsque le Nippon revient à deux manches à la suite d’une interruption qui lui a été bénéfique : il l’emporte 6/1 6/4 4/6 3/6 6/3 après 3h45 d’un intense combat. La belle aventure du Tricolore a pris fin en demi-finale face à Wawrinka, futur brillant vainqueur. Ce match peut laisser des regrets au protégé du duo Escudé/Ascione car le Suisse a sauvé 16 balles de break sur 17. Des regrets, éternels. Cependant, le parcours de Jo-Wilfried Tsonga est beau tant il est inattendu. (Simon s’est fait sortir en huitièmes comme Monfils, Gasquet et Chardy, auteur d’un remarquable tournoi)

© FFT

© FFT

Serena Williams au bout de la souffrance, les Françaises n’ont pas sus saisir leur chance à bras le corps

Comme souvent, le tableau féminin a subi une impressionnante saignée chez les favorites annoncées avant même les derniers tours. Simona Halep et Eugenie Bouchard – finalistes il y a un an – ont très vite disparues tout comme Samantha Stosur, vainqueur du tournoi de Strasbourg la semaine précédant le Majeur parisien, Caroline Wozniacki, Carolina Suarez Navarro, Agnieszka Radwanska ou Svetlana Kuznetsova. Cette hécatombe a permis l’émergence au plus haut niveau de la Suissesse vaudoise (comme Wawrinka) Timea Bacsinszky, demi-finaliste, de l’Ukrainienne Elina Svitolina, quart de finaliste et le retour au premier plan de la lauréate 2008 Ana Ivanovic que nous n’avions plus vue en demi-finale d’un Grand Chelem depuis son sacre parisien. Et puis, il y a eu la fougue de la Tchèque Lucie Safarova qui s’est hissée pour la première fois de sa carrière en finale d’un Grand Chelem après avoir sorti Sharapova en huitièmes de finale. Lors de la grande finale c’était l’ogresse américaine Serena Williams qui lui faisait face. Cette dernière, victime d’une mauvaise grippe, a perdu 4 des 6 premières manches de ses matches précédant la finale (contre Friedsam, Azarenka, Stephens et Bacsinszky). L’affrontement final fut riche en rebondissements mais c’est la n°1 mondiale qui a fini par l’emporter 6/3 6/7 6/2. C’est le 35eme titre du Grand Chelem pour Serena, le 20eme en simple. Safarova s’est consolée en gagnant le double avec l’Américaine Bethanie Mattek-Sands, également vainqueur du double mixte avec Mike Bryan lui-même finaliste du double masculin avec son jumeau Bob. (Cornet s’est hissée en huitièmes, son meilleur résultat à Roland-Garros, Mladenovic en seizièmes, après une victoire sur Bouchard au 1er tour, Garcia n’a pas passé le premier tour, c’est l’immense déception de la quinzaine)

© FFT

© FFT

Le palmarès complet des Internationaux de France 2015

  • Simple messieurs : Stanislas Wawrinka (SUI)
  • Simple dames : Serena Williams (USA)
  • Double messieurs : Ivan Dodig (CRO)/Marcelo Melo (BRE)
  • Double dames : Bethanie Mattek-Sands (USA)/Lucie Safarova (RTC)
  • Double mixte : Bethanie Mattek-Sands (USA)/Mike Bryan (USA)
  • Simple juniors garçons : Tommy Paul (USA)
  • Simple juniors filles : Paula Badosa Gibert (ESP)
  • Double juniors garçons : Alvaro Lopez San Martin (ESP)/Jaume Munar (ESP)
  • Double juniors filles : Miriam Kolodziejova (RTC)/Marketa Vondrousova (RTC)
  • Simple handisport messieurs : Shingo Kunieda (JAP)
  • Simple handisport dames : Jiske Griffioen (NED)
  • Double handisport messieurs : Shingo Kunieda (JAP)/Gordon Reid (GBR)
  • Double handisport dames : Jiske Griffioen (NED)/Aniek Van Koot (NED)
  • Tournoi des légendes moins de 45 ans messieurs : Juan Carlos Ferrero (ESP)/Carlos Moya (ESP)
  • Tournoi des légendes plus de 45 ans messieurs : Guy Forget/Henri Leconte
  • Tournoi des légendes dames : Kim Clijsters (BEL)/Martina Navratilova (USA)
© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

© FFT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.