Voilà, c’est fini. Victoria Ravva est partie à la retraite après une immense carrière. La centrale historique du RC Cannes a rangé les baskets et les genouillères pour devenir stagiaire en management marketing dans son club de toujours. Le Plus vous propose de revenir sur la carrière d’une grande, d’une très grande qui a dit adieu au monde du sport sur un dernier succès.

Un 19eme titre de championne de France et puis s’en va. Samedi 9 mai à la Halle Carpentier, il est 23h40. Le Racing Club de Cannes est sacré pour la 20eme fois au niveau national après un match exceptionnel remporté 3-2 (23-25, 21-25, 25-16, 25-23, 15-10) face aux vaillantes filles du Cannet. ‘’Vica’’ bondit du banc pour aller enlacer ses coéquipières qui viennent de conclure le match grâce à une dernière faute cannetane. Sa carrière vient de se terminer mais la presque quadragénaire (40 ans en octobre prochain) est toujours aussi heureuse, comme à ses débuts lorsque venue d’Ankara elle remporte son premier championnat de France avec Cannes, on est alors en 1995. Depuis elle enchaîne les couronnes : 19 titres nationaux, 18 coupes de France. Mieux, la « Reine Victoria » a soulevé à deux reprises le trophée de la Ligue des Champions (2002, 2003), c’était alors les deux premiers sacres européens d’un club féminin français. L’ivresse des succès, les larmes de bonheur et les médailles dorées caractérisent le mieux Ravva.

    Le seul hic de la carrière de Ravva restera peut-être – sûrement – la sélection. En effet, elle est originaire de Géorgie et a dû attendre ses 28 ans pour enfin porter le maillot bleu après de nombreux problèmes administratifs. « Vica » dispute alors l’Euro 2007, sa seule compétition internationale pour la France, où les tricolores terminent à la 8eme place. Lors du Final Four de la Ligue des Champions 2006, à Cannes, elle a joué enceinte de ses futurs jumeaux ! Ce qui ne l’empêcha pas d’être élue MVP. Une immense joueuse a donc mis fin à sa carrière. Elle va manquer au volley français, européen et même mondial tellement elle est appréciée.

    A la sortie de la finale, Ravva a parlé, sobrement et modestement : « Sincèrement, je m’en fous d’être une star. Je n’ai jamais cherché à être aimée, j’ai toujours cherché à être respectée par mon travail. Mais avec tout ce que je vois autour de moi, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai gagné le respect et l’amour des gens. Ça me touche énormément. Et ça m’étonne, parce que je n’ai rien fait de spécial. J’ai juste été moi-même. Je n’ai pas cherché à me construire une image. C’est sans doute parce que mes parents m’ont bien élevée». Ça c’est Victoria Rivva. En espérant que ce départ en retraite ne laisse pas, encore plus, le volley féminin dans l’oubli. Bon vent « Vica ».


    Une autre légende du sport, en la personne de l’Ethiopien Haile Grebresalessie, a mis fin à sa carrière. Le meilleur coureur de demi-fond de l’Histoire – double champion olympique du 10 000 m (1996, 2000) et quadruple champion du monde du 10 000 m (1993, 1995, 1997, 1999) – a disputé la Grand Manchester Run avant de déclarer : « J’arrête la compétition mais je n’arrête pas de courir. Courir c’est ma vie. » Voilà qui résume bien ce monsieur de 42 ans toujours recordman du monde du 20 000 m (56’26’’00) et de l’heure (21.185 km). Au revoir et merci pour tout Haile.


    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.