Si vous êtes amateurs de smartphones, vous avez certainement entendu parler ou vu un téléphone de la marque française Wiko. Lancée en 2011, la société a effectué une percée exceptionnelle sur le marché du smartphone. Troisième vendeur en France, il concurrence de manière tout à fait sérieuse les géants du secteur que sont Apple et Samsung. Découverte d’une success-story.

Avez-vous déjà vu un téléphone répondant à l’amusant nom de Goa, ou alors, avez-vous entendu parler du stairway ou du darknight ? Si oui, vous savez que ces téléphones sont des créations de la marque de smartphone Wiko. Cette entreprise française voit le jour en 2011 à Marseille. Laurent Dahan, fondateur de la marque, est un familier du smartphone et de la capitale mondiale du secteur qui est Shenzhen. Proche d’un grand fabricant de téléphones, il décide de se lancer à son tour en créant la marque. Au départ il y avait deux employés qui se sont installés à Marseille et qui ont commercialisé leur premier smartphone, le Cink Peax à la fin de l’année 2012. Il faut noter que le mobile est vendu nu (c’est-a-dire sans forfait). Après avoir fait tester le téléphone auprès de blogueurs réputés, ces derniers émettent des avis très mélioratifs pour le premier smartphone de la marque et relayent leur opinion sur leur blog, notamment sur celui lesnumeriques.com où on peut lire : «Le CINK PEAX affiche de belles performances générales, offre une excellente autonomie, un bon capteur photo et une interface double SIM pratique à utiliser».

Comptant sur le bouche à oreille pour se faire une place dans le monde du smartphone, Wiko voit sa stratégie récompensée et les performances de 2013 sont impressionnantes. Deux millions de téléphones vendus, ce qui propulse Wiko sur la troisième marche du podium des vendeurs de smartphones (derrière Apple et Samsung, excusez du peu). Par conséquent l’entreprise s’agrandit, elle passe de 2 à 80 employés (dont 1/3 travaillent au service après-vente). Mais Wiko continue sa fulgurante avancée en 2014 et s’ouvre à l’international en commercialisant ses smartphones dans plusieurs pays d’Europe, comme l’Allemagne, l’Espagne ou le Portugal. Ou plus récemment en Afrique, où la marque met en vente des téléphones en Algérie et au Nigéria. Toujours en 2014, Wiko décide de mettre en vente une ligne premium de smartphones dessinés avec Swarovski, un des leaders mondiaux du cristal. Le wiko Sugar qui allie avec brio esthétique et performance est mis en vente au prix de 399€. Outre cet aspect bling bling, la marque établit des partenariats avec des entreprises de renommée mondiale, comme avec Nvidia, référence dans la fabrique de processeurs (ou carte graphique pour les PC). Nvidia a par ailleurs équipé deux smartphones de la marque avec des processeurs de très haute qualité comme le Wiko Highway 4G qui coûte 340€. Avec toutes ces innovations, Wiko a augmenté ses chiffres en 2014 : cinq millions de téléphones vendus, soit une augmentation de 40% en un an. Le chiffre d’affaire s’élèverait à 350 millions d’euros. De plus, Wiko se pose en leader des ventes sur internet avec 31,6% de parts de marché sur le web, tandis que les ventes physiques représenteraient une part de 10,5%. Avec ces chiffres, la petite compagnie française est en train de concurrencer Samsung et Apple, les deux géants du secteur. De plus, la progression se poursuit puisque la marque dispose du distributeur Avelis Télécom, un téléphone Wiko est d’ailleurs en vente sur le site B&you (offre de forfait low-cost de Bouygues Télécom) et une collaboration est envisagée avec Virgin mobile.

Le wiko sugar est le smartphone qui a été dessiné par la compagnie française et Swarovski le leader du cristal.

Un succès aux multiples causes

Dès lors on peut se poser une question tout à fait légitime : comment une compagnie fondée en 2011 a réussi à devenir le plus gros vendeur de téléphones sur internet ? Il existe plusieurs réponses. Tout d’abord, les téléphones wiko proposent des prix très compétitifs : prenons l’Iphone 5S qui permet de surfer sur internet avec la 4G, si vous souhaitez acheter le téléphone sans forfait, il faut payer environ 680€ ; prenons maintenant un appareil 4G de wiko, le Wiko kite coûte 115,60€. Vous l’avez compris, un smartphone wiko possédant la 4G coûte 5 fois moins cher qu’un Iphone. C’est là qu’est l’une des clés du succès de wiko, puisque la marque française vise une clientèle qui ne peut pas ou qui ne souhaite pas dépenser plus de 600€ dans un téléphone portable possédant les récents attributs technologiques. Autre atout pour la marque, c’est qu’elle s’est intelligemment positionnée sur le marché en vendant des téléphones sans forfait et a commercialisé son premier smartphone à la fin de l’année 2012. La date de la commercialisation du Cink Peax correspond avec le lancement par Free de forfaits très attractifs à bas prix et sans engagement, une aubaine pour Wiko qui bénéficie pleinement de cette tendance.

Ce qui fait également le succès de la firme, c’est que l’entreprise est présente depuis très longtemps sur le territoire et peut observer les tendances chez le consommateur et à partir de ces observations, elle adapte ses produits en fonction de l’évolution des acheteurs. Si Wiko a eu un temps d’avance, la marque s’est popularisée en équipant la majorité de ses smartphones d’un dispositif double-sim qui jusque-là n’existait pas en France. Ce système dual-sim est intéressant car un consommateur qui doit travailler avec un téléphone professionnel n’a pas besoin d’avoir un appareil pour le travail et un autre pour le loisir car avec la dual-sim il peut avoir sa ligne professionnelle et sa ligne familiale dans un même téléphone ce qui rend l’investissement intéressant. C’est également très intéressant pour les déplacements à l’étranger car des cartes sim provenant d’opérateurs d’autres pays peuvent être insérées dans le téléphone. Cette option permet de limiter les dépenses pharamineuses en appelant depuis l’étranger avec sa ligne française. Autre élément du succès de wiko est la stratégie de communication : désormais, oubliez les shows à l’américaine dont était amateur Steeve Jobs, la marque française mise essentiellement sur les blogs spécialistes de la téléphonie mobile (lesnumériques.com, lesmobiles.com ou encore clubic) où les produits sont testés. Vu que les avis positifs se sont multipliés sur les blogs, la marque a pu compter sur la stratégie du bouche à oreille pour faire son trou, ce qui prouve que les vieilles méthodes ont toujours du bon. Enfin, Wiko bénéficie d’une bonne exposition puisque les produits de la firme se vendent essentiellement sur internet et en grande surface, ce qui satisfait même Sébastien Mesnil directeur des produits numériques chez Carrefour qui qualifie le succès de wiko comme : «une success-story franco-française » (source capital.fr).

Succès français ou succès chinois ?

Si Wiko rencontre un succès en France, peut-on qualifier la réussite comme française ? Compliqué à vrai dire, car Wiko est une filiale d’un groupe chinois Tinno. La compagnie chinoise créée en 2005 a établi une stratégie d’implantation dans le monde et ce en passant par le rachat de différentes marques reines dans certains pays. D’autres filiales sont créées un peu partout dans le monde au début des années 2010. La marque française est en fait un sous-marin de Tinno et son capital est détenu à 95% par la maison mère chinoise (5% pour Laurent Dahan le fondateur de l’entreprise française). Seulement, comment une marque chinoise a réussi à s’adapter aux tendances des consommateurs français ? Là est la stratégie de Tinno en créant ou en rachetant des firmes sur différents territoires du monde : les filiales que sont Wiko (France), Mobistel (Allemagne) ou Fly (Russie) peuvent observer les tendances des consommateurs. Dès lors, les sous-marins de Tinno envoient les cahiers des charges à la maison-mère chinoise qui émet des prototypes et qui les envoie chez leurs partenaires. Ces derniers apportent quelques retouches. Ainsi, entre les différentes filiales, on retrouve des prototypes semblables (observez le montage ci-contre qui montre un wiko cink peax 2, le forward shake des Italiens de NGM et le ERA Nano 6 des Russes de Fly)

Avouez-le il y a des ressemblances.

Avouez-le, il y a des ressemblances.

Une fois le produit final déterminé, Tinno lance la production de smartphones chez ses sous-traitants. Cependant, cela n’empêche pas certaines polémiques. La révélation la plus importante est apparue lors d’un reportage passé à la télévision française où on apprenait qu’un sous-traitant de Tinno employait des enfants âgés de 13 ans, ce qui est contraire à la loi chinoise et aux réglementations internationales. Durant ce reportage, c’est le directeur général de Wiko qui a dû répondre aux questions de la journaliste sur le sujet : il joue la transparence totale en disant que Tinno a cessé ses relations avec l’usine concernée et demande également des visites et des contrôles plus fréquents afin qu’une telle situation ne se reproduise pas.
Malgré ce scandale, un mobile Wiko (wiko rainbox) s’est hissé en tête des ventes sur internet. De plus, la marque semble poursuivre son avancée. Et les prochains smartphones, les ridge 4g et ridge fab 4g équipés d’une technologie 4g et d’un processeur qualcom snapdragon (une référence en la matière). Légers et avec un affichage haute définition, ces derniers peuvent coûter respectivement 229.99€ et 249.99€ (source kulturegeek.fr).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.